Collision entre un autocar et... une voiture sans chauffeur

Collision entre un autocar et... une voiture sans chauffeur



Cela s'est passé le dimanche 14 février en Californie. Pas de conducteur ivre impliqué ou autre fou du volant... Non... Il n'y avait en faite aucun conducteur du tout au volant... Le véhicule concerné est une Lexus appartenant à Google... La fameuse « Google Car ».

C'est sur une route à trois voies de la côte Ouest des États-Unis, en Californie, et proche du siège de Google, que l'accident s'est produit. Le premier qui implique une Google Car. Le véhicule qui roulait sur la file de droite s'est retrouvée face à des obstacles. Pour les éviter, elle a ralenti afin de les contourner. Puis, après avoir laissé passer plusieurs véhicules, elle s'est engagée sur la route. Elle pensait que l'autocar devant lequel elle se trouvait allait lui laisser la priorité mais le chauffeur du bus, et sa logique toute humaine, ne l'a pas entendu ainsi... Et la collision fut inévitable...

C'est un accident sans grave conséquence car au moment de l'impact avec le bus, la Lexus roulait à environ 3 km/h et la vitesse estimée de l'autre véhicule était de 24 km/h. Mais cette accrochage banal pose des questions plus complexes... D'abord sur la responsabilité... Est ce ce que dans le futur les machines passeront devant les tribunaux et seront jugés comme peux l'être un conducteur « humain » ? Et comment réussir à concevoir des programmes qui réagiront de la même manière qu'un véritable conducteur ?

Google va devoir résoudre ce dilemme mais il assure déjà ces fautes publiquement. Le logiciel intégrer à la voiture va être analysé et perfectionné pour répondre à de nouvelles fonctions comme le réaction face à un événement qui ne tient pas forcément compte du code de la route mais plutôt de la logique même. Car visiblement une machine n?intègre pas encore ces paramètres. En assumant ses torts la firme répond aussi partiellement à la question de la responsabilité. Mais qu'adviendra-t-il quand les voitures sans chauffeur seront banalisées ? Il faudra se demander si le permis à encore un avenir et si les assurances payeront pour les fautes de programmes informatique. En tout cas Google ne lâche pas l'affaire et compte bien continuer ses tests grandeur nature pour prouver que son système est fiable.

Beaucoup de questions et peu de réponse pour le moment car les Google Car sont encore des prototypes qui, pour l'instant, sont très peu présents sur les routes. Seul l'avenir nous dira si nos chères voitures pourront se passer de nous pour nous transporter dans nos trajets quotidien...

 

Annonces

 

 

auto-occasion.fr