PSA, en route pour l’Iran

PSA, en route pour l’Iran



Après la levée des sanctions internationales, l'Iran est devenu pour les constructeurs de l'automobile français le nouveau paradis.

Les constructeurs français sont même les premiers acteurs du secteur de l'automobile à relancer publiquement des projets industriels en Iran.
Un nouveau départ pour ce pays qui n'avait plus produit de voitures françaises depuis une décennie.

Pour PSA, l'Iran représente une part de marché de 30 %. Son objectif est d'y vendre un million de véhicules d'ici 2025 et pour assurer son activité dans ce pays, le groupe mise sur un approvisionnement et une construction locale dont notamment la fabrication des moteurs sur place. Ce choix s'appuiera sur le développement d'un réseau de fournisseurs et sur un modèle de coentreprise avec des industriels locaux. Ainsi, Citroën s'associe avec SAIPA, l'un des deux grands constructeurs iraniens et Peugeot avec Iran Khodro, l'autre grand nom local.

Le but est d'y produire les derniers modèles tout en baissant les coûts et en augmentant la qualité.

Pour Citroën, l'activité en Iran devrait débuter en 2018 avec comme objectif de produire 150 000 voitures d'ici 2021. Pour la distribution de ses modèles, c'est 150 concessions qui vont être implantées dans tout le pays.

 

Annonces

 

 

auto-occasion.fr